AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des Helionceaux ont été vus à Kanto !
Des Chaglams ont été vus à Johto !
Des Mangloutons ont été vus a Hoenn !
Des Mascaïmans ont été vus à Sinnoh !
Des Pomdepiks ont été vus a Unys !
Des Laporeilles ont été vus a Kalos !
Des Embrylex ont été vus a Alola !

Partagez | 
 

 [One Shot] "Détruis cette nation."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [One Shot] "Détruis cette nation."   Mer 12 Mar - 22:05


Autour de lui, le bruit des flammes était assourdissant. Le gigantesque brasier qui dévorait la capitale semblait transformer chaque parcelle de ce qu'il touchait en une note de musique macabre qui s'élevait dans l'air chargé de fumée épaisse qui couvait sur la ville. La lueur vive et dansante projetée dansait sur la peau de tous les cadavres qui gisaient en diverses positions marquant la violence de leur trépas, qu'ils aient été asphyxiés, brûlés ou tués par le fer. Soudain, à sa droite, un vaste bâtiment dont les os calcinés ne pouvaient guère plus soutenir le poids s'effondra en une masse de gravas, de poussière et de cendre. Le souffle de l'impact projeta les particules fines avec violence aux alentours, et il en fut fouetté, mais finit par reprendre sa marche tranquille.

L'embrasement infernal de la cité se reflétait dans son masque paisible. L'acier poli enregistrait la moindre image pour l'imiter en une parodie monstrueuse et déformée, jumelle fidèle à une réalité monstrueuse et difforme. Et au milieu de ce chaos, le pas silencieux de ses bottes en cuir brun enveloppait d'un tendre velours ses alentours immédiats. Le luxe de sa tenue, d'ailleurs, contrastait rudement avec sa sobriété. Les manches de son T-shirt blanc en lin fin étaient délicatement enroulées jusqu'à ses coudes, et son pantalon, en cuir souple et brun lui aussi, ne portait pas le moindre signe d'une brulure quelconque. L'épée qui battait à son côté dégoulinait d'un sang ruisselant et composé de milliers de cœurs percés. Ainsi, il grimpait lentement jusqu'au sommet de la ville ruinée construite sur une colline maintenant dégoutante de sang et de larmes.

Quand il fut en haut, une grande bâtisse lui faisait face. Les pierres larges et claires, le bois précieux et grandiose qui la constituait, sa position surplombant le cadavre de ville...tout clamait le pouvoir de ce lieu. Et pourtant, même en face de cela, aucune expression ne vint troubler le masque d'acier. Son porteur se tourna vers son oeuvre, contemplant les flammes qui achevaient de réduire en carcasses fumantes les derniers bâtiments imposants de la capitale du pays. Les murailles avaient été les premières à s'effondrer sous ses assauts. Puis, il avait tué ce qu'il restait de la pitoyable armée qu'on lui avait opposée aux frontières de la nation à genoux. Tous les civils réfugiés avaient ensuite péri. Il s'en était assuré. Il avait personnellement fermé les yeux de chacun d'eux.

-Raaaaah !

Le hurlement du garde déchira le voile indolent des lieux encore inaltérés par le carnage. L'homme s'était rué sur lui, son épée en avant. Dans un mouvement vif, le garde tenta de planter son épée dans le ventre du masque d'acier, mais ce dernier serra l'épée dans sa main avant qu'elle ne s'abatte. La sensation de l'acier ouvrant impitoyablement ses chairs ne lui tira pas la moindre grimace, au contraire du visage de son assaillant qui fut un instant marqué par la stupeur. Avant qu'il ne puisse cligner des yeux, l'incendiaire avait serré le cou fragile de sa main libre. Il ne cherchait pas à étrangler cet homme. Ca serait une perte de temps. Il serrra, et dans un craquement ignoble, les vertèbres furent broyés. Il laissa retomber le garde, qui s'écroula comme une poupée de chiffon. Sans plus lui prêter attention, il fixa sa main. Il pouvait voir l'os de ses phalanges ouvertes, et l'entaille de sa paume répandait des flots d'un sang bleu sombre et épais. Le premier sang qu'il versait depuis le début de son attaque sur la capitale. Pendant quelques secondes, il tint son bras à la verticale devant lui, regardant la liqueur bleue se mêler aux éclaboussures rouges qui recouvraient ses avants bras jusqu'aux coudes. Les manches blanches et roulées étaient peu à peu imbibées de sang, il faudrait jeter ce haut. Dans une étincelle azurée et crépitante, les plaies se refermèrent, et il s'avança vers l'imposante demeure.

Il ouvrit doucement la porte, qui ne fit pas un bruit, parfaitement huilée. Le hall, majestueux, s'ornait d'un lustre qui répendait une pluie de cristaux purs vers le sol, tandis que deux escaliers s'enroulaient de chaque côté vers le premier étage. Le masque d'acier s'y engagea alors, prenant son temps pour gravir les marches, les souillant de quelques gouttes carmin à chaque pas posé. Quand il arriva en haut, il ouvrit les portes à double battant de la chambre de la princesse. Cette dernière était tapie contre un mur, blottie le plus possible contre cette roche puissante qu'elle espérait protectrice. Son tueur ne marqua aucune hésitation et s'avança vers la dernière porteuse du sang régalien de cette patrie. Quand il fut près d'elle, elle ne put résister à pousser un hurlement aigu et terrifié. Il put voir que sa vessie avait cédé sous la peur et souillé sa robe de velours. Il la fixa pendant quelques instants puis, si vite que le mouvement fut flou, il dégaina sa longue lame gorgée de sang. L'instant d'après, la barre d'acier tranchant avait perforé le coeur de la dernière survivante de la capitale. Le sang gicla en une ligne verticale, rependant une pluie de gouttes grasses le long de la gorge de l'incendiaire jusqu'à ses cheveux blancs, passant étrangement à travers la protection d'acier qui ornait son visage. Le tueur ne lâcha la poignée de l'épée que lorsque sa cible eut cessé d'être parcourue par des spasmes convulsifs, et lui ferma les yeux, sans un regard pour la liqueur qui l'avait taché.

Soudain, un bruit se fit entendre dans le hall. Instanténement, le tueur s'évanouit dans une brume légère et d'un bleu électrique avant de réapparaitre devant l'entrée de la bâtisse, l'obstruant à la servante qui cherchait à s'échapper. Pétrifiée d'horreur, cette dernière se figea sur place.

-Alors c'est toi qu'ils ont envoyé...

En réponse à son accusation, l'homme leva lentement ses mains rougies et détacha la lanière de velours qui retenait son masque d'acier. Celui ci glissa du visage et rebondit sur le parquet avec un bruit mat, dévoilant les traits d'un jeune homme de dix sept ans dont la moitié gauche était perlée d'une myriade de gouttes de sang. A la vue de celui qu'elle avait aimé, la peur de la femme fut balayée par la colère de quelqu'un qui savait ne plus avoir rien à perdre.

-Tu n'as même pas honte de me montrer ton visage... Alors que le sang de mon peuple n'est même pas sec, tu te présentes devant moi comme au premier jour. Tu es un monstre, tu entends ?! Tu n'es pas humain, tu n'es qu'un monstre !

En hurlant, elle s'était jetée sur lui pour le gifler mais il arrêta la main sans sourciller, plongeant ses yeux violets dans ceux de la jeune femme de son âge.

-Je me doutais bien que celle d'en haut était ta camériste. Elle est courageuse d'avoir voulu se sacrifier pour sauver le sang royal.

D'un douce caresse de son index replié, le jeune homme caressa la joue de la princesse, y laissant une marque verticale du sang de son peuple. Cette dernière ouvrit des yeux fous en sentant la main toucher sa peau et essaya de se dégager, mais la poigne se raffermit. Des larmes d'un désespoir absolu commencèrent à couler des yeux violets du tueur tandis qu'il approchait sa main du coeur de celle qu'il aimait. Avec un sourire tendre, il lui fit une promesse, tout bas.

-Pour toi, ça ne sera pas douloureux, mon amour...
Revenir en haut Aller en bas
 
[One Shot] "Détruis cette nation."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Constitution 1987: Réceptacle et promotrice du projet nation
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.
» quel est cette objet
» quelle est cette décoration militaire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rpg Pokémon :: Bar Pokémon :: Comptoir :: Fanfictions-
Sauter vers: