AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Des Helionceaux ont été vus à Kanto !
Des Chaglams ont été vus à Johto !
Des Mangloutons ont été vus a Hoenn !
Des Mascaïmans ont été vus à Sinnoh !
Des Pomdepiks ont été vus a Unys !
Des Laporeilles ont été vus a Kalos !
Des Embrylex ont été vus a Alola !

Partagez | 
 

 Présentation de Kana Odaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kana Odaya

avatar

Région : Kanto
Classe : Dresseur
Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 28

Feuille du personnage
Equipe Pokémon:
Objet du sac:
Pokémon PC:

MessageSujet: Présentation de Kana Odaya   Jeu 18 Juin - 4:58


Bon, si nous avons tant à faire alors mettons nous y tout de suite et commençons par le commencement.
Je m'appelle Kana, Kana Odaya et avant que vous me le demandiez : non, ce n'est pas un pseudonyme. J'ai 23 ans, et même si c'est un peu tard c'est à cet âge que je commence mon voyage de Dresseur de pokémons dans la région de Kanto avec ce Cadoizo ; donc, en résumé :
Comment tu t’appelles ?
Kana Odaya.
Superbe prénom, et t'as quel âge ? 23 ans.
Dans quelle région es tu actuellement ? Kanto.
Ah au fait, c'est quoi ton métier exactement ? Dresseur extrêmement débutant.
Et quel est ton Pokémon ? Un Cadoizo.


Physique :
Comme vous le voyez, je suis assez bien conservé, mon entraînement aidant beaucoup à cela je dois l'avouer, et du haut de mon mètre quatre-vingt cinq environ pour mes soixante-quinze kilos à peine on peut dire que je suis assez athlétique. J'ai le visage d'un homme dur que je tiens de mon père, de grands yeux noirs et tristes que je tiens de ma mère et des cheveux à la fis courts et indomptable que je ne dois à personne mais qui me causent plus de problèmes qu'ils n'en résolvent en général. Je porte souvent de grands vêtements, larges et aux teintes pastels en blanc et or parce que ce sont les couleurs de ma famille et avec beaucoup de vert, tout simplement parce que j'aime le vert... Ces larges habits sont surtout là pour me permettre de me fondre dans la masse - d'où la capuche que vous semblez interroger du regard - mais aussi pour essayer de cacher au moindre quidam qu'en dessous je dissimule mon corps entraîné.
Hum... Quoi d'autre... Je suis A positif si vous voulez tout savoir, et puisque vous insistez il y a une autre raison qui fait que j'aime porter ces vêtements là qui cachent la moindre parcelle de peau des pieds à la tête, jusqu'aux mitaines dans un cuir tout fin pour qu'on ne voix pas sur mes paumes, mon dos, ou mes jambes toutes les cicatrices de mon enfance torturée.



Mental :
Pessimiste ? Oui, c'est un bon choix de mots, je ne me vois jamais bien partis, et je cogite toujours trop pour m'en sortir ; ce sont les choses qui me caractérisent le mieux. Ce doit être en partie pour ça que j'ai toujours cet air triste et blasé, comme si on venait de tuer mon chien qui était mon meilleur ami... Je ne souriais pour ainsi dire jamais - remarquez l'usage du passé dans la phrase - jusqu'à ce que je la rencontre, mais peu importe ! Je ne suis pas spécialement un idiot, les gens disent même que je suis intelligent même si parfois mes excès de candeur poussent à penser le contraire. Je n'ai pour ainsi dire pas eu d'enfance, et je me rattrape donc dès que je peux en faisant des bêtises dignes d'un enfant turbulent. Par contre, je suis quelqu'un de gentil - dans le fond - et d’assez modeste, si le second point tant à la discrétion et donc à l'efficacité dans mon travail, le premier par contre y est, vous l'aurez compris, une total contradiction...


Histoire :
Mais tout cela est assez décousu du moment que je ne vous aurait pas plus parlé de moi, de mon histoire, de mon métier, de ma famille, mais surtout tant que je ne vous aurez pas parlé de la raison de ma présence ici, aujourd'hui et devant vous.
J'ai eu le "bonheur" tout à fait relatif de naître au sein de la famille Odaya, et si vous ne la connaissez pas ne vous en faites pas : ça veut juste dire que vous êtes quelqu'un de fréquentable... Oui, pour la simple et bonne raison que nous avons une tradition familiale : le meurtre. Assassins de père en fils et en filles depuis plus de générations que les anciens peuvent s'en souvenir, nous ne tuons cependant que sous contrat ; des mercenaires en somme, capables des pires bassesses prou un vulgaire cachet...
Ça se voit que je déteste ça hein ?.. Et maintenant vous comprenez peut-être pourquoi être gentil est si mal venu dans ma situation, pourquoi je peux résister à toutes forme de torture et à de nombreux poisons, pourquoi les gens de l'ombre craignent mon nom de famille par peur des retombées, et surtout vous comprenez pourquoi j'ai l'air si triste de devoir quémander auprès d'inconnus tels que vous la jouissance de quelques moments de paix ou que je doive cacher la moindre cicatrice fruit de mes missions ou de mon entraînement.

A l'âge de onze ans, contraint et forcé, j'avais déjà commis mon premier meurtre... Ce que mon père et mon grand frère m'avaient dit à l'époque s'est vérifié depuis : "Au bout d'un moment on perds le compte mais le premier, on s'en souviens toujours !". Moi s'était un homme, avec un peu trop de ventre, des cheveux qui commençaient à s'éclaircir à la fois au niveau de leur couleur et au niveau des tempes, et une petite moustache qu'il aurait dût apprendre à tailler. Il était marchand dans une région perdue, soit le premier à être arrivé, soit le dernier à être resté, et je ne sais toujours pas qui en voulait à cet homme qui avait l'air tout à fait paisible et recommandable puisque s'était évidement mon père qui s'occupait de traiter les contrats à cette époque - ou peut-être que s'était encore papy d'ailleurs - mais ce qui me chagrine le plus aujourd'hui, c'est son nom... Pas moyen de m'en rappeler... Je l'avais sut pourtant, j'avais même enquêté sur lui pour découvrir si il avait une famille ou des amis que j'aurais dût éliminer aussi, mais aujourd'hui j'aurais beau me triturer les méninges pendant des heures je crois qu'il me serait tout bonnement impossible de m'en souvenir...
C'est triste non ?.. Je veux dire peut-être que cet homme a été pleuré par quelqu'un, peut-être que, même de nos jours, il manque à un frère, un père ou une fille qui ne vivait pas avec lui... Mais moi, la seule chose dont je me souviens c'est de mon épée qui s'enfonçait en silence au travers de sa gorge, qui restait là pendant deux secondes alors qu'il tombait à genoux, à mon niveau, et que ses yeux emplis de larmes se plongeaient dans les miens qui pleureraient aussi très bientôt, puis du sang sur la pointe de mes chaussures quand je retirai la lame pour qu'il arrête de suffoquer et de souffrir du même coup.
J'y pense encore des fois. Je l'ai tellement revu en rêves que c'est devenu plus une habitude qu'un cauchemar, même quand j'exerçais encore parce que oui, à ma grande honte il n'avait pas été le dernier... Je vous passe cependant quelques années qui suivirent en grande partie parce que je n'ai pas envie que vous me voyiez encore plus comme un monstre, mais il est important que je vous parle de la famille Shidesu - prononcez Shi-det-sou - pour la suite de mon petit monologue. C'est une sorte de famille rivale qui navigue exactement dans le même genre d'eaux troubles que la mienne ; si nous n'avons pas le contrat de votre assassinat, il y a de grandes chances pour que ce soit un des enfants Shidesu qui déboulera bientôt chez vous... Mais bien que rivaux en ce qui concerne les "affaires" il existe un contrat depuis bien avant ma naissance, avant même celle de mon grand père, c'est dire ! Qui dit qu'il nous ait totalement interdit de faire l'usage de nos arts sinistres les uns contre les autres, et que si un des membres de l'une ou l'autre famille venait à interférer dans une mission il devrait y avoir "réparation". Le terme est flou n'est-ce pas ?.. Nous sommes bien d'accord, mais il a fallut lui trouver un sens le jour ou mon père a ôté la vie d'un homme, chef d'une organisation criminelle locale, qui s'était avéré être l'employeur actuel de Oda Shidesu ( que j'ai appris à appeler Mr Shidesu pour ma propre sécurité ) et qui est, au même titre que mon propre père, le gérant des affaires de sa famille.

La quasi-totalité des deux familles se sont donc rencontrées, moi y compris évidement, histoire que l'on trouve une solution plus ou moins pacifique à ce conflit ; et alors que les débats faisaient rage, j'y vis une opportunité et je me pris la parole :
_
Et si j'entrais à votre service heu... Monsieur...
Tout le monde se mit à me regarder, personne ne s’attendait à ce que je prenne la parole, moi qui étais seulement là pour faire de la figuration, moi qui n'était même pas le fils aîné qui n'avait jamais rien fait de plus exceptionnel que de faire ce qu'on me demandait sans poser - ou me poser - la moindre petite question. Alors je précisais ma pensée :
_
Nous sommes d'accord pour conclure que mon père et ma famille vous doivent un service à la hauteur de l'affront. Vous pourriez me prendre, moi, à votre service... Je ferait tout ce que vous voulez, tout ce dont vous avez besoin jusqu'à ce que vous estimeriez que la dette sera comblée...
J'avais là une véritable opportunité en réalité. Je détestais ce que je faisais, tuer les gens ce n'était vraiment pas pour moi, malgré toute l'éducation que j'avais put avoir depuis le berceau, et forcément ça finissait par se ressentir dans mes contrats. J'en avais raté quelques uns - volontairement même si mon père n'en savait rien, et j'espère qu'il ne le saura jamais - et j'en avais refusé d'autres ce qui limitait de beaucoup mon rendement. Mon départ ne serai sans doute pas une très grosse perte pour le fonctionnement de la famille. De son côté, Mr Shidesu avait l'occasion d'avoir à son service un membre de ses pires rivaux qui pourrait faire tout et n'importe quoi pour lui jusqu'à servir d'otage si un jour prochain la situation se corsait entre mon père et lui. En bref, je pensais bien que ce plan conviendrait à tout le monde mais, mis à part un certain effet de surprise je n'eus pour premier effet que de me faire dispenser de réunion. Les deux clans me demandèrent de sortir et je me mis à penser qu'ils parlaient peut-être de moi seuls à l'intérieur. Étrange sensation de se rendre compte qu'on n'est plus du tout responsable de son propre destin après une phrase prononcée sous le coup de l'émotion, si vous en avez l'occasion un jour, je vous conseille d'essayer d'ainsi tout confier de vos choix et de votre futur à une tierce personne, c'est très intéressant à vivre.
Quand ils me firent rentrer à nouveau ils s'étaient mis d'accord : ma proposition avait plut à tout le monde, à partir de cette période j'étais entièrement au service d'une autre famille d'assassins. J'avais tout juste vingt ans.

Pendant les deux ans qui suivirent, je ne fis rien du tout, rien d'intéressant en tout cas - rien qui ne mérite d'être raconté - je transportais des courriers avec l'interdiction formelle de les ouvrir, je me faisais rabrouer pour passer les nerfs de Mr Shidesu, de sa femme, ou d'un de ses fils, je sortais les poubelles ou servait les repas. Au final ce n'était pas très valorisant mais, de mon point de vue, c'était toujours largement mieux que de devoir tuer des gens, alors je m'en contentais, et mieux, j'avais même le sourire. Ça horripilait le maître de maison, qui essayait toujours de trouver quelque chose de plus dégradant à me faire faire à chaque fois qu'il me voyait heureux, il ne voulait surtout pas que je me sente à l'aise dans sa maison. Mais peu m'importais : j'étais bien ici, mieux que je ne l'avais jamais été.
Et donc la suite se passe deux ans après la fameuse réunion - j'avais vingt-deux ans donc au cas où vous n'ayez pas suivis - je rencontrais un nouveau visage dans cette maison, et j'en tombais instantanément amoureux. C'est comme ça, comme si ça avait été une évidence depuis toujours... Elle s'appelle Daya, c'est une jeune fille à la peau claire et aux yeux tellement verts qu'ils réussirent à me faire encore plus apprécier cette couleur, ses cheveux étaient alors mi longs et d'un blanc argentés qui était parfaitement original en plus d'être magnifique à mes yeux. Je voyais déjà une romance à la Roméo et Juliette, nous deux, enfants de familles aussi dangereuses qu'opposées ; et tout ça en me demandant comment j'avais bien put la rater pendant ces deux années... Elle devait être protégée comme un vin précieux pour qu'il ne me soit jamais venu l'occasion ne serai-ce que de la croiser... Mais mes idées romantiques furent étouffées dans l’œuf par une évidence : elle me détestait au moins autant que son père...
_
C'est toi le valet de père alors ! Apporte moi de l'eau puisque tu es là... Et arrête de sourire bêtement !
_ Comme vous voudrez.
Lui répondis-je d'un ton plat et neutre sans arriver à satisfaire tous ses désirs puisque je ne parvenait pas à étouffer mon sourire, et sans pouvoir les voir, je savais que mes yeux pétillaient d'une étincelle qui en disait plus sur mes sentiments que tous les discours du monde. Je lui rapportais sa bouteille d'eau ainsi qu'un verre, elle mes les arrachaient d'un geste sec avec un regard mauvais avant de reprendre, toujours aussi accusatrice :
_
Tu as été rapide, tu n'est peut-être pas si incapable que ça valet!
Je gardais le silence, je n'avais ni la permission de répondre, ni la moindre envie. Alors je me contentais de rester là, figé, à la regarder et elle ajouta après un soupire hautain :
_
Bien, tu peux disposer. Je ferai appel à toi si j'ai encore besoin.
_ Comme vous voudrez.
Toujours le même ton plat et neutre, toujours le même sourire, toujours le même regard pétillant d'envie et d'amour naissant.
Elle n'eus que ces quelques mots de ma part pour les quelques six mois qui suivirent "Comme vous voudrez", je répondais à toutes ses questions et toutes ses demandes par cette simple phrase et ce fut à mon tour de voir changer ses yeux à elle. Au début, elle adorait simplement me donner des ordres et me voir me plier en quatre à son service, ensuite elle appréciait me faire me déplacer, après elle n'espérais que me faire venir, puis ça devint le meilleur moment de sa journée. Elle aimait passer du temps en ma compagnie, me confier ses secrets au sujet de sa famille, sa crainte de ne voir un jour un de ses frères ou son père revenir d'une mission, elle qui n'avait jamais été formée comme eux ou moi et qui détestait, au moins autant que moi, ces contrats barbares. Et petit à petit elle découvrit tous les points communs que nous avions, toutes les envies que nous espérions, tous les rêves que nous faisions et au final, il y a six mois, après que nous finissions de réprimer un éclat de rire qui restera a jamais dans mes plus beaux souvenirs elle plongea son regard de jade dans le meins et dit :
_
Approche toi... "Valet"...
Son dernier mot était dis avec beaucoup d'ironie, ça faisait des mois qu'elle m’appelait par mon prénom, et son sourire en disait long, tellement long que je commençais à me douter de ce qui allait arriver. Je sentis mon cœur battre plus fort dans ma poitrine alors, en m'approchais je lui lâchais un nouveau :
_
Comme vous voudrez...
Et ce fut alors le plus beau moment de ma vie...


Les mois qui suivirent, jusqu'à la semaine dernière furent pleins de questions... Nous nous aimions, évidement, mais elle avait peur de sa famille... Autant de la réaction qu'elle pourrait avoir que de la peine que le choix de partir avec moi leur causerai. De mon côté, si notre idylle s'apprenait j'avais peu que cela rompe le serment qui avait été passé et qui expliquait ma présence en cette maison ; je ne me pardonnerai jamais si un de mes choix, même à un sujet dont j'étais si convaincu, déclenchais une guerre entre ma famille et la sienne... J'avais beau réprouvé tout chez eux depuis leurs actes jusqu'à leurs façons de faire ou même de vivre, ça restait tout de même ma famille, et même malgré tous mes efforts je ne pouvais m’empêcher de les aimer...
Mais notre choix fut "facilité" la semaine dernière. Alors que nous nous embrassions dans un recoin que nous croyions intime, en coup de vent pour ne pas nous faire attraper, c'est Oda Shidesu en personne qui nous remarqua. Immédiatement il leva la main droite, les doigts serrés, certains joints, et je savais pertinemment que rien qu'à main nues et en un seul coup il pouvait me tuer, aussi facilement qu'en pensée. Alors que sa fille allait s'interposer, entre lui et moi, je la retint par le bras pour me mettre devant elle. Il n'y avait rien que je désirais plus en cet instant que sa sécurité et ça sembla faire hésiter son père... Il baissa la main avant de m'intimer l'ordre de le suivre, seul, dans son bureau. Là il s'assit, et les mains jointes, alors que j'étais moi même debout et stressé comme jamais il me dit :
_
Je ne vais pas te tuer... Ça jetterai une opprobre sur l'accord qui justifie ta présence ici. Mais ma fille est mon bien le plus précieux, et je m'étais promis de ne pas la céder à n'importe qui... Je ne suis pas un idiot, je reconnais l'amour quand je le vois, mais je regrette juste que ça soit tombé sur toi...
C'est amusant, je ne m'attendais à rien mais j'arrivais quand même à être déçu, et j'avais réussis à me prendre un grand coup de pied en plein dans mon amour propre...
_
Pour faire simple je vais te mettre au défi, si tu le remporte, je m'engage à t'accorder la main de ma fille... Tu auras même ma bénédiction !
Il n'y a pas à dire, c'était là une opportunité que je n'attendais pas, je ne pouvais pas espérer mieux et, quel que soit ce défi j'allais faire tout mon pouvoir pour en sortir victorieux. Ma détermination avait se voir puisque Mr Shidesu me ft signe de m'approcher tout en continuant à parler, même si la suite allait plutôt tourner à la conversation.
_
Dis moi, est-ce que tu as déjà eu un pokémon à toi?
_ Non, jamais...
_ Fort bien alors ton défi sera de remporter tous les badges de toutes les régions connues...
Pas difficile de voir qu'il voulait essayer de m'opposer à un défi impossible, mais je n'avais la moindre intention de baisser les bras et, bizarrement, les premiers mots qui me vinrent furent ceux ci :
_
Comme vous voudrez
Mais je crois qu'il prit ma conviction pour un affront parce qu'il ajouta la suite.
 _
Et tu ne pourra te servir que de six pokémons, tout au long de ton périple...
_ Comme vous voudrez
_ Et c'est moi qui t'offrirai ton premier pokémon ! J'espère que tu es content !
_ Comme vous voudrez
Il avait l'air courroucé mais, l'air de rien, je pense que j'avais aussi un peu gagné son respect alors il n'ajouta pas là de conditions supplémentaires. Nous restâmes là, à nous regarder, sans rien ajouter, et il finit par me permettre d'aller rapporter cette conversation à la seule qui avait de l'importance à mes yeux. Elle pleura, beaucoup, moi aussi - un peu - de me voir partir, cependant j'allais faire tout mon possible pour réussir cette mission impossible en un temps record et lui revenir, tout entier, rien qu'à elle.

Mais je ne me rendais pas compte à quel point je venais de m'engager dans une quête difficile... Mon premier allié, gracieusement offert par mon mécène improbable était un Cadoizo, et même si je n'y connaissais pour ainsi dire rien en pokémons, je compris assez vite qu'il l'avait choisis parce que ce devait être l'un de ceux avec le moins de potentiel...
C'est là que tout commence, juste avec quelques sous en poche j'allais devoir partir dans une aventure dont je ne connaissais rien, même pas les bases. Je devais apprendre et progresser au plus vite, trouver cinq autres pokémons pour compléter mon équipe et gagner uns à uns tous les badges qui serviraient de dot à Mr Shidesu. Nous allions voir mais ça en révélerai sans aucun doute beaucoup sur moi et sur ce dont j'étais capable.



As-tu repéré le code dans le règlement ?
Ouais mais ça date un peu... Et il avait même changé depuis ma première fois : je suis le nouveau compte de Kiji ( pour qu'on me situe ^^ ).
Comment as-tu trouvé notre forum ?
Via Google, tout simplement.
Quel objet rare choisis-tu ?
J'aurais dis une arme mais c'est réservé aux criminels il me semble... Si je ne peux pas en avoir est-ce que j'ai le droit de commencer sans objet rare ?
Qui est le personnage sur ton avatar, d'où provient-il ?
Il s'agit d'un fan art de Xu Shu, un personnage du dernier jeu Dynasty Warriors.


Dernière édition par Kana Odaya le Mer 24 Juin - 9:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kana Odaya

avatar

Région : Kanto
Classe : Dresseur
Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 28

Feuille du personnage
Equipe Pokémon:
Objet du sac:
Pokémon PC:

MessageSujet: Re: Présentation de Kana Odaya   Ven 19 Juin - 0:19


Fiche terminée, j'attends la validation pour passer à la suite (ou la non-validation pour la modifier) ^^.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benjamin Makuno
Poisson d'or
avatar

Région : Hoenn
Classe : Dresseur
Masculin
Nombre de messages : 989
Age : 21

Feuille du personnage
Equipe Pokémon:
Objet du sac:
Pokémon PC:
MessageSujet: Re: Présentation de Kana Odaya   Mar 23 Juin - 20:07

Yosh à toi, camarade. Même pas besoin de regarder l'IP pour deviner de qui il s'agit, la couleur et la signature suffisent bien.

Je suis cependant navré, surtout au vu de l'effort de tournure que t'as fait, mais il faut respecter le codage de présentaton ^^'. Il est certes plus "Naturel" de présenter les choses ainsi, mais c'est pour un soucis de clarification précise des choses. La paperasse quoi, personne n'en réchappe ^^'...

Désolé, surtout au vu des efforts que tu y'a mis ^^'. Quoi qu'il en soit, je te laisse remettre tout ça dans la forme demandée, Up moi ça quand ça sera fait, et tu ne devrais pas avoir de soucis pour te faire valider (A première vue rapide) ! x)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kana Odaya

avatar

Région : Kanto
Classe : Dresseur
Masculin
Nombre de messages : 30
Age : 28

Feuille du personnage
Equipe Pokémon:
Objet du sac:
Pokémon PC:

MessageSujet: Re: Présentation de Kana Odaya   Mer 24 Juin - 9:17


C'est mieux ainsi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayaline Y. Tsukino
À fleur de peau
avatar

Région : Sinnoh
Classe : Vagabonde
Féminin
Nombre de messages : 471
Age : 19

Feuille du personnage
Equipe Pokémon:
Objet du sac:
Pokémon PC:
MessageSujet: Re: Présentation de Kana Odaya   Mer 1 Juil - 21:42

Ahlala, sacré Benji à cheval sur les principes, huhu. ~
Rebienvenue à toi, personnage sympathique avec une histoire pour le moins intéressante, je te valide donc !

Ton oiseau connaît les capacités ... Euh, et bien, Cadeau ! Tu connais la suite de la chanson avec les recensements et compagnie, je te souhaite donc de bons RPs avec ton nouveau personnage !

_________________
                                                                                                                                                                                                                                                                            
D.R.E.A.M    T.E.A.M 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation de Kana Odaya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Kana Odaya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kana, vient par là ?
» I'm in love with alcohol. - Kana Alperona. - Fiche Présentation + Techniques. - Terminée.
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rpg Pokémon :: Avant de jouer :: Fiche d'entraineur :: Dresseur-
Sauter vers: